Ô p h é m è r e

J’aime la nature, l’eau en particulier pour son pouvoir magique, mais aussi les couleurs et les formes abstraites. Si nous aiguisons notre regard, l’eau nous entraine dans un monde onirique où notre imagination découvre des beautés insoupçonnées, étranges, fugitives, souvent abstraites, créées, à un instant très précis, par la rencontre magique et surtout très EPHEMERE du vent ou du courant, de la lumière et d’une réflexion végétale ou d‘un caillou. Mon regard est irrésistiblement attiré par la beauté de ces formes subtiles, fragiles, si fugaces et parfaitement uniques. Figer par la photo ces beautés qui disparaissent aussi vite qu’apparues prolonge leur existence, leur donne une seconde vie … La rivière et le bord de mer m’offrent des images complètement différentes. Vent, courant et réflexions végétales créent l’univers onirique de la rivière, galets colorés, algues et courant, celui de la mer. La rivière m’offre des forêts étranges et des images abstraites que l’imagination la plus fertile ne saurait produire, la mer, des aquarelles ou des constructions cristallines peuplées d’êtres surnaturels … Bienvenue dans le monde de l’Ô ! Françoise Hurel.

Menu »

ACCUEIL